Society : « A l’eau claire » par William Thorp

« A l’eau claire » par William Thorp

Nous passerions 12 167 heures à nous laver dans une vie, soit un an et demi, et consommerions environ 60 litres d’eau par douche. Sans compter les sommes colossales englouties dans les savons, shampoings et autres crèmes lavantes. Mais pour certains, ces chiffres sont désormais du passé: ils ont décidé de se passer de la douche savonnée quotidienne. Ils racontent pourquoi.

(…)À écouter Annick Le Guérer, historienne du parfum et auteure de « Le Parfum: Des origines à nos jours », cela daterait de la seconde moitié du xxe siècle. “Même si les bains, après avoir été diabolisés pendant plusieurs siècles, notamment à cause de la peste, ont repris un peu leurs lettres de noblesse à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, c’est vraiment après la Seconde Guerre mondiale que l’hygiène privée s’est transformée en impératif dans la société”, décrypte t-elle. (…)

LIRE L’ARTICLE COMPLET
ILLUSTRATION: PIERRE LA POLICE POUR SOCIETY

 

Paris-Match, 11 juillet 2019 : Au Louvre, un parfum de chefs-d’oeuvre par Marie Noëlle DEMAY

Paris-Match, 11 juillet 2019

par Marie Noëlle DEMAY
Journaliste, ex-rédactrice en chef mode Marie Claire

A la demande du musée, l’Officine universelle Buly a sollicité huit parfumeurs pour imaginer la fragrance de huit œuvres d’art. A vue de nez, gageure réussie ! Et si les œuvres d’art avaient un parfum ? Si, en les admirant, on voyageait plus loin encore que l’émotion visuelle qu’elles procurent ? Ce pari poétique, le musée du Louvre l’a demandé à la maison de beauté parisienne Officine universelle…… LA VERSION PDF (plus lisible)

Express Styles : Parfumer son bébé est-il sans risque ? par Elodie Noël

31/03/2019 – FRAGRANCES, 

Parfumer son bébé est-il sans risque ?

par Elodie Noël

La présence d’ingrédients allergènes et soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens sont pointés du doigt dans plusieurs sent-bon. Getty Images/Tatyana Tomsickova Photography

C’est en 1970, sous le nom de Baby Dior, qu’est apparu le premier parfum pour enfant, conçu sur une base d’Eau de Cologne, mais moins concentrée en alcool. Quelques années plus tard, Guerlain a suivi avec Le Petit Guerlain. « Le marché était alors assez confidentiel, il s’agissait de parfums coûteux qui s’adressaient à une clientèle aisée », explique Annick Le Guérer, anthropologue, philosophe, historienne du parfum et auteur de Le parfum des origines à nos jours (éd. Odile Jacob). Dans les années 1990, le parfum pour bébés se démocratise. Il en existe aujourd’hui à des prix modestes, en pharmacie, parfumerie et grande distribution. LIRE L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE

L’EXPRESS : Tous les parfums sont-ils mixtes ?

26 mars 2019

Tous les parfums sont-ils mixtes ?

Par Monique Le Dolédec

eau de parfum Balade sauvage, de Dior @Brice Chatenoud

A l’heure du no gender, les sillages contemporains s’affranchissent des conventions. Entre androgynie et hypersexualisation, le champ est libre pour assumer son parfum.

(…) L’historienne et philosophe Annick Le Guérer, auteure du Parfum des origines à nos jours (Odile Jacob), raconte que, jusqu’au XIXe siècle, les parfums étaient utilisés à des fins prophylactiques : les porter ou les boire protégeait des maladies et des épidémies, cela concernait donc tout le monde. « L’arrivée de la chimie et des molécules de synthèse ont changé la donne, permettant d’un côté le développement de l’industrie des médicaments et, de l’autre,celui des fragrances d’agrément. » (…) 

Ainsi se sont développées les familles boisées, fougère ou cuir, puissantes et masculines (Kouros d’Yves Saint Laurent, en 1981, Drakkar Noir de Guy Laroche, en 1982). En 1994, Calvin Klein lance CK One, une cologne musquée. « Elle s’adressait aux jeunes adolescents androgynes, encore dans les limbes de l’affirmation sexuelle », analyse Annick Le Guérer. En 2019, à vouloir sortir à tout prix du conformisme, ne serions-nous pas en pleine crise d’adolescence ? LIRE L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE

Madame Figaro : Utiliser le nez et les odeurs pour se relaxer différemment par Ophélie Ostermann

12 mars 2019

Utiliser le nez et les odeurs pour se relaxer différemment

par Ophélie Ostermann

La détente passe aussi par le nez. Étroitement liées aux zones des émotions et de la mémoire dans le cerveau, les odeurs peuvent favoriser la relaxation et le bien-être. Eh bien, humez maintenant. (VOIR LA VIDEO VIA LE LIEN PLUS BAS)

Pour faire redescendre la pression, déstresser et démêler les nœuds faits dans le cerveau, à chacun son outil de prédilection. Effort sportif, musique, bruits de nature, lecture… ou le nez. Si l’odorat est souvent négligé en matière de relaxation, les narines peuvent pourtant être la voie royale vers la détente.

L’effet n’est pas nouveau, il est attesté depuis l’Antiquité. «Le kyphi, un des plus célèbres parfums égyptiens, était utilisé pour détendre. Au Moyen-Âge, on cultivait dans les jardins des religieux et des princes des plantes censées vitaliser, protéger des miasmes et apaiser», souligne Annick Le Guérer, anthropologue, historienne du parfum et de l’odorat, et auteure de Le Parfum, des origines à nos jours (1). LIRE L’INTEGRALITE ET VOIR LA VIDEO POUR SE RELAXER et VERSION PDF