Kiosque Ville de Grasse : « Les femmes en parfumerie » et « Unesco, un an après »

Kiosque Ville de Grasse – édition décembre 2019 : « Les femmes en parfumerie » pages 30 et 31 et « Unesco, un an après » pages 10 et 11.

VOIR PLUS BAS LA VERSION A FEUILLETER

LES FEMMES EN PARFUMERIE

On se souvient de la manifestation organisée dans le cadre de la Journée Internationale des Droits des Femmes en mars 2019, l’occasion pour Françoise BERNARDI, Présidente du SOROPTIMIST Pays de Grasse, de s’interroger sur la place des femmes dans le monde très fermé des parfumeurs. De belles personnalités avaient pris la parole pour dire leur rapport intime au parfum. Parmi elles : Marie GRASSE, ancienne conservatrice du Musée International de la Parfumerie ; Olivier MAURE, gérant des sociétés Art et Parfum et Accords et Parfums ; Monique REMY, ancien chef d’entreprise et coorganisatrice du colloque ; Nicole FERRERO agricultrice ; Carole BIANCALANA, agricultrice et fondatrice de l’association Fleurs d’Exception en Pays de Grasse ; Annick LE GUERER, anthropologue, philosophe, historienne de l’odorat, de l’odeur et du parfum ; etc… LIRE LA SUITE pages 30 et 31


UNESCO, UN AN APRES

EN NOVEMBRE 2018, SOUVENEZ-VOUS, GRASSE REMPORTAIT UNE VICTOIRE HISTORIQUE AVEC L’INSCRIPTION AU PATRIMOINE IMMATÉRIEL DE L’UNESCO DES «SAVOIR-FAIRE LIÉS AU PARFUM EN PAYS DE GRASSE». UNE EXTRAORDINAIRE RECONNAISSANCE POUR TOUTE LA CHAINE DE VALEURS DE LA CULTURE DE LA PLANTE À LA CRÉATION DES PARFUMS, UNE FIERTÉ POUR TOUS LES GRASSOIS.

Le label, obtenu de haute lutte par l’association Patrimoine Vivant du Pays de Grasse, en association avec la ville de Grasse et la CAPG, a généré de l’enthousiasme, a galvanisé les équipes, a encouragé les initiatives et orienté l’attention sur la ville. Il manquait une estampille officielle, un sigle, un logo, un emblème à adosser aux actions entreprises au titre même de cette labellisation UNESCO. Il vient d’être créé et présenté lors de l’assemblée générale de l’association en novembre 2019. LIRE LA SUITE pages 10 et 11.


Society : « A l’eau claire » par William Thorp

« A l’eau claire » par William Thorp

Nous passerions 12 167 heures à nous laver dans une vie, soit un an et demi, et consommerions environ 60 litres d’eau par douche. Sans compter les sommes colossales englouties dans les savons, shampoings et autres crèmes lavantes. Mais pour certains, ces chiffres sont désormais du passé: ils ont décidé de se passer de la douche savonnée quotidienne. Ils racontent pourquoi.

(…)À écouter Annick Le Guérer, historienne du parfum et auteure de « Le Parfum: Des origines à nos jours », cela daterait de la seconde moitié du xxe siècle. “Même si les bains, après avoir été diabolisés pendant plusieurs siècles, notamment à cause de la peste, ont repris un peu leurs lettres de noblesse à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, c’est vraiment après la Seconde Guerre mondiale que l’hygiène privée s’est transformée en impératif dans la société”, décrypte t-elle. (…)

LIRE L’ARTICLE COMPLET
ILLUSTRATION: PIERRE LA POLICE POUR SOCIETY

 

“Sentir et ressentir”, un voyage intime au cœur des parfums et des arômes à Grasse

Documentaire – “Sentir et ressentir”, un voyage intime au cœur des parfums et des arômes à Grasse « Sentir et ressentir », un film écrit par Arnaud Gobin et Alban Guillien / © AMDA Production / Alban Creative Audiovisual

Intervention d’Annick Le Guérer à 39’49 » – 42’28 » – 49’39 »

C’est en grande partie dans le pays de Grasse que « Sentir et ressentir » a été tourné.

Rien de surprenant à cela, puisque le savoir-faire ancestral de ce terroir en matière de parfumerie est désormais inscrit par l’Unesco au patrimoine culturel immatériel de l’humanité et attire les étudiants du monde entier.

Le film va à la rencontre de celles et ceux qui conçoivent les parfums et arômes, qui les fabriquent, les utilisent en aromathérapie ou en olfactothérapie dans le milieu hospitalier.

Il nous fait découvrir les richesses surprenantes du sens olfactif et l’histoire insolite de notre rapport complexe à l’odorat.

Arnaud Gobin et Alban Guillien nous entraînent dans l’univers discret des aromaticiens et des parfumeurs de marques. Ceux qui font de nous les séducteurs du quotidien ou les reines d’une soirée, qui donnent de l’ambiance à nos lieux de vie, tonifient nos shampoings de notes exotiques, apportent du goût à nos plats ou encore nous mènent par le bout du nez dans des boutiques ou des hôtels rendus attirants par les subtils effluves du marketing olfactif
 A la découverte de Grasse, capitale du parfum et des fleurs 

En rencontrant aussi ces étudiants qui aspirent à devenir les grands « nez » de demain, le documentaire aborde la palette des émotions et des souvenirs intimes liés aux saveurs et aux odeurs.

Il interroge enfin sur l’emprise des parfums et des arômes. Quel est leur rôle aujourd’hui dans une société de plus en plus aseptisée, où l’on s’est mis progressivement à chasser les « mauvaises » odeurs et à recréer des saveurs plus « vraies » que nature ?

Qu’est-ce que ces senteurs révèlent de notre personnalité et de nos blessures ? Et comment influencent-elles nos relations sociales ? Autant de questions auxquelles ce film tente de répondre.

« LE POUVOIR DES ODEURS » : revue de presse Anglo-Américaine

USAUK
P de l'O éd UK rP de l'O 2°éd US rP de l'O 1°éd US r

Logo NYTimes

 

 

 

24 janvier 1993 :  « What the nose Knows » par F. Gonzalez-Crussi.


San Francisco Chronicle6 décembre 1992 : « Making Scents Out of Smell » par Benedict Cosgrove.

kirkus_500x95 1er septembre 1992 : « The Mysterious and Essential Powers of Smell »par Richard Miller.

Oxford Tmes29 janvier 1993 : « Sweet smell of success » par Emma Howell.


ham 22 janvier 1993 : « Uplifting, useless information » par Barbara Drillsma 


Logo Observer16 janvier 1993 : « Pheromones at home » par Fiona MacCarthy.
.

Logo Sunday Times 10 janvier 1993 : « On the nose » par Helen Fielding.
.

Logo The Independent2 janvier 1993 : « The stinking man’s guide to perfume » par Sue Gaisford.

.
Logo Literary Review Décembre 1992 : « The paglia of perfume » par John Kemp.

Daily mail22 décembre 1992 : « Why perfume is so vital in the discreet art of seduction » par Grace Bradberry. 

 .
Logo Sunday Independent20 décembre 1992 : « The game of the nose » par Jonathan Sale.

birmingham19 décembre 1992  :L’article par RL

Logo Woman's Journal Novembre 1992 : « The heady aroma of freshly baked bread, the lush smell of newly mown grass or the lingering fragrance of a perfume, all trigger highly personal and individual emotions« .

logo publishers weeklylogo-Turtle31 août 1992 : l’Article