VOEUX 2020 ET AGENDA PREVISIONNEL 2020

NOTA : les personnes inscrites pour suivre mon précédents site seront automatique intégrés dans la liste de diffusion de mon nouveau site. Mais vous avez bien entendu la possibilité de vous désinscrire à tout moment. 


Toutes ces conférences sont illustrées olfactivement par des parfums recomposés par Dominique Ropion d’après les formules originelles que je lui ai communiquées..

FEVRIER 2020

  • Le 11 février à 19h : conférence olfactive sur DES EPICES DANS LE PARFUM au Museum d’Histoire Naturelle à Nantes
  • Le 21 février 2020 : Conférence olfactive sur LES PARFUMS QUI SOIGNENT à Brive (heure et lieu à préciser)
  • Le 28 février  : conférence olfactive sur LE PARFUM DES ORIGINES À NOS JOURS au Cercle Munster, 5-7 rue Munster, Luxembourg, Grand Duché du Luxembourg (heure à préciser)

MARS 2020

  • Le 21 mars à 17h à la Médiathèque de Saint  Apollinaire : conférence olfactive sur DES ÉPICES DANS LE PARFUM
  • Le 23 mars 2020 : Conférence olfactive sur LES GANTS PARFUMES à la SACEM pour la Société Française des Parfumeurs (heure à préciser)
  • Le 30 mars 2020 à 14h30 Conférence olfactive sur DES EPICES DANS LE PARFUM à l’Hôtel de Ville de Chatillon sur Seine

AVRIL 2020

  • Le 16 avril :  à Milan pour ESXENCE Conférence olfactive sur LES PARFUMS SACRES (heure à préciser)

    Le 19 avril 2020 : à Guémené  sur Scorff, conférence olfactive sur LES PARFUMS AU MOYEN-AGE (heure et lieu à préciser)


MAI 2020

  • Le 17 mai 2020 : à la bibliothèque de Bajamont, conférence olfactive sur LES POUVOIRS DE L’ODEUR, (heure à préciser)

JUIN 2020

  • Le 11 juin à Grasse à 18h  chez Fragonard : conférence olfactive sur QUAND LE PARFUM PORTAIT REMEDE
  • Les 27-28 juin 2020 à la société de phytothérapie de Besançon : conférence olfactive sur PHYTOTHÉRAPIE ET THÉRAPEUTIQUE PAR LE PARFUM (heure à préciser)

JUILLET 2020

  • Le 4 juillet à 16h30 à AGEY conférence olfactive sur LE PARFUM DES ORIGINES A NOS JOURS (lieu précis à préciser)

SEPTEMBRE 2020

  • Le 17 septembre à Genève dans le salon de la boutique Bücherer, conférence olfactive sur le PARFUM ET CHOCOLAT (heure à préciser)

OUPS : Revue de presse du livre « Le Parfum des origines à nos jours » oubliée

Bonsoir à toutes et à tous. 

Les articles liés à la revue de presse du livre « Le Parfum des origines à nos jours » ont été oubliés : oubli corrigé dans le nouveau site. 

L’occasion de réorganiser le pied de page du nouveau site avec les 2 revues de presse – Nous vous invitons à cliquer sur les liens ci-après. Bonne lecture

Revue de presse internationale : « Les pouvoirs de l’odeur »

Revue de presse internationale : « Le parfum des origines à nos jours »

 

Merci de noter : 

  • que les 2 revues offrent une double lecture : par liste des articles et une page des articles par zone géographique.
  • que certains articles en allemand, peu lisibles, seront « retravaillés » pour une meilleure visibilité.

 

Horace : Comment ça fonctionne, l’odorat ? par Pauline Allione

Comment ça fonctionne, l’odorat ? par Pauline Allione – Photos Louis Canadas

Pourquoi certaines odeurs vous rappellent des souvenirs.

Un parfum qui vous ramène à un premier amour, l’odeur d’une herbe aromatique qui vous transporte dans le jardin familial : l’odorat est, à bien des égards, le sens du souvenir. Pourquoi ? Comment ça fonctionne ? Explications.

“Dans les années 80, l’odorat était considéré comme un sens inférieur, animal, trop proche de la sexualité”, explique Annick Le Guérer, historienne de l’odorat et du parfum, et autrice de “Le Parfum. Des origines à nos jours”. L’odorat, qui est l’un des premiers sens à se développer chez l’humain, fonctionne grâce à des neurones olfactifs qui possèdent des cils, situés dans le mucus. “Les cellules olfactives se trouvent à la racine du nez, c’est à dire tout en haut du nez. Lorsque vous sentez un parfum, des particules passent par les voies aériennes et vont vers le haut du nez. Les cellules olfactives vont ensuite transmettre ces informations au cerveau, qui va chercher à reconnaître l’odeur”, détaille le Dr Yves-Victor Kamami, médecin ORL à Paris.

Résultat, le nez identifie une odeur comme agréable, ou non. Et le panel des émotions suscitées par les odeurs est riche : réconfortante, sensuelle, dégoûtante, appétissante…. C’est d’ailleurs sur cette base que travaille Anne-Cécile Garin, qui compose des fragrances sur mesure dans son bar à parfums Ydentik, à Lyon. “On travaille sur des ingrédients préférés ou sur un thème qui va donner une direction. Ça peut être quelque chose de fort, intense, sucré, dynamique, cocooning…” À partir de là, elle essaie de comprendre l’univers olfactif de son ou sa cliente, pour arriver à poser une senteur sur des mots. “Le poudré c’est incroyable, dans la tête des gens ce n’est pas du tout la même chose. On a le vrai poudré qui est un peu savonneux, mais certains vont rechercher quelque chose de chaleureux, et d’autres un côté frais”, détaille Anne-Cécile Garin. LIRE LA SUITE


 Qui se cache derrière Horace, site sauvant la peau des hommes de la grise mine ? Par 

Co-fondateur de cet e-shop de produits de beauté masculins, Marc Briant-Terlet a créé un espace où les hommes peuvent se diriger les yeux fermés vers ce qu’il faut pour leur peau. Rencontre. LIRE LA SUITE

PERMANENCE ET RENOUVELLEMENT

Chères amies, chers amis,

Belles fêtes de fin d’année à toutes et à tous.

C’est l’occasion pour moi de vous informer de la réalisation de mon nouveau site dont vous trouverez le détail ci-après.

Il nous fallait « moderniser » mon site. Dans la nouvelle version vous trouverez les mêmes informations, les mêmes articles, les coups de cœur mais organisés différemment et actualisés.

Après l’espace réservé aux vidéos, trois zones (colonnes) vous invitent :

  • pour la première (à gauche) : à consulter les informations concernant mes travaux de chercheur, philosophe et historienne de l’odorat et des parfums;
  • pour celle du centre : la part belle est donnée à la presse française et internationale par type de média – un espace particulier est réservé au « son » – et avec en pied de page une consultation par zone géographique – et la possibilité de consulter média par média;
  • enfin celle de droite est réservée à l’actualité des conférences, expositions, publications et à mes coups de cœur.

Merci de noter que certains liens, médias notamment, – trop anciens – ne sont plus « actifs », nous nous efforçons de les récupérer dans la mesure du possible.

D’ores et déjà vous pouvez avoir une idée de ce que sera le nouveau site via l’adresse  temporaire suivante : https://annickleguerer2.live-website.com/ 

Pendant quelques semaines – jusqu’à la fin de l’année – les deux sites, l’ancien et le nouveau seront présents. Bien entendu, le nouveau viendra se substituer définitivement à l’ancien et il n’y aura plus qu’une seule adresse internet : annickleguerer.com

N’hésitez pas à nous signaler les éventuels oublis ou «coquilles»  par l’intermédiaire de la page contact du nouveau site. Vos avis et commentaires sont également les bienvenus. 

MON TRAVAIL

Lorsque j’ai commencé à travailler sur l’odorat et le parfum, dans les années 80, celui-ci n’était perçu que comme au seul service de la séduction et du rêve et l’odorat était considéré comme un sens animal, inférieur, asocial, incapable de donner naissance à un art.

J‘ai voulu leur  rendre, à travers mes livres et mes conférences, toutes leurs lettres de noblesse, en montrant qu’ils  étaient très liés non seulement à la communication mais à la mémoire, à l’imagination, au sacré, à la thérapeutique, à l’art, à la protection et aux aspirations des cultures. 

De l’Antiquité jusqu’à Pasteur, le parfum a été le premier médicament. Après une longue éclipse, il entre à nouveau dans les hôpitaux et permet même pendant de lourdes interventions de réduire la quantité d’anesthésiques…

De nombreuses fragrances renouent aussi  avec la spiritualité, preuve que le parfum est bien en osmose avec  les besoins des sociétés et de plus en plus de compositeurs revendiquent leur démarche spirituelle et/ou artistique.  Les parfumeurs qui viennent d’illustrer olfactivement les oeuvres du Louvre en sont un exemple.

J‘ai tout au long de mon travail voulu montrer la complexité du parfum, développer toutes ses facettes, le sortir de sa seule fonction séductrice. Aujourd’hui, l’odorat est réhabilité et une éducation olfactive commence à se mettre en place. 

Quant au parfum,  sa richesse  éclate- ce dont je me réjouis. Durant la décennie où Grasse s’est efforcée d’obtenir la reconnaissance de l’Unesco et d’accéder  au Patrimoine Immatériel, j’ai fait chaque année dans cette ville, célèbre pour sa tradition parfumistique, une conférence montrant le haut statut culturel du Parfum. Le succès de cette démarche qui resplendit sur toute la parfumerie me ravit.